Institut international magique de BeauxBatons

Un merveilleux monde où règne mystère et magie
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Harry Potter et les Sceaux de Salem

Aller en bas 
AuteurMessage
Elanor Escoriall
Cristal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 59
Age : 36
Localisation : Toujours près de ce que j'aime
Date d'inscription : 08/04/2007

Informations de l'école
Points: 10
Gallions: 310
Animagus:

MessageSujet: Harry Potter et les Sceaux de Salem   Sam 21 Avr - 11:43

Bonjour à tous!

Je me permet de mettre ici ma toute première fic qui n'est pas encore achevée... J'écris toujours rassurez vous!^^ En l' était actuel des choses il y a 39 chapitre que je vais vous faire partager ici.
J'attend vos réactions!^^
Bonne lecture

Elanor



Harry Potter et les Sceaux de Salem

Chapitre 1 : Surprises nocturnes


La lune était à son plein, sa lumière se réfléchissait sur les murs de Privet Drive. Au numéro 4, au dernier étage de la petite maison cossue des Dursley, une lumière venait de s’allumer.
Nous sommes début juillet et Harry Potter est encore ici. A vrai dire il n'avait pas le choix, c'était ce que Dumbledore lui avait expliqué deux semaines auparavant. Deux semaines pensa t-il. Il était encore en vie à ce moment-là… Le jeune garçon ne se remettait pas de la mort de son parrain. Il n'y arrivait pas. Depuis son retour chez son oncle et sa tante, il n'avait pas écrit une seule fois à ses amis, pourtant Ron et Hermione ne passaient pas un jour sans lui envoyer une lettre. En ce qui concernait les lettres pour l'Ordre, il se contentait d'un mot simple:

Je vais bien
Harry


Il passait ses journées dans sa chambre, ne descendait que pour manger et ne parlait guère. Harry était triste, ses yeux verts ressemblaient à deux grands puits d'ombres. Lui même avait l'air d'un naufragé. Ce comportement n'avait pas échappé à sa tante. Elle ne disait rien mais se posait beaucoup de questions.
Cette nuit-là une chose étrange se produisit. Harry, réveillé en sursaut par un cauchemar, alluma sa lumière et s'assit sur son lit perdu dans ses pensées. A ce moment là trois coups à sa porte se firent entendre :
_ Oui, répondit Harry
_ Excuse moi Harry, c'est moi Pétunia, je peux rentrer ?
Harry étonné se leva et alla ouvrir la porte. A l'embrasure se tenait sa tante. Elle était en chemise de nuit rose et avait l'air d'avoir passé le début de sa nuit à ne pas dormir. A sa main elle tenait une sorte de classeur. Elle avait l'air gênée et effrayée mais aussi inquiète.
_ Que se passe t-il ma tante ? demanda Harry d’un ton nonchalant
_ Oh, et bien… Tu as encore fais un cauchemar, ça va ?
_ Je vais bien, désolé de t'avoir réveillé…
_ Tu ne m'as pas réveillée. Je ne dormais pas. Harry, je peux rentrer ? J'ai besoin de te parler… Enfin il faut que tu le veuilles, bien sûr…
Harry était de plus en plus surpris. Sa tante voulait lui parler, à lui ? Elle qui pendant 15 ans, bientôt 16, l'avait ignoré. Son regard devait (vraiment) trahir ses pensées car sa tante reprit la parole:
_ Tu n'es pas obligé de vouloir m'écouter. Je ne te comprendrai que trop. Mais permet moi d'insister. S’il te plaît…
_ Et bien rentre, après tout, tu es chez toi ici ! reprit Harry d'un ton plus sec qu'il ne l'aurait voulu. (Mais faut le comprendre non ?)
Pénétrant dans la chambre de son neveu, elle regarda un peu partout, frôlant les livres sur le bureau. Ses yeux s'arrêtèrent sur une photo des parents de Harry. S'approchant de la table de nuit elle l'observa. Harry ne savait pas comment ce comporter. Ce changement l'étonnait, l'inquiétait même. Il fut surpris par la question que lui posa sa tante :
_ Je peux regarder la photo ?
_ Euh… Oui bien sûr
Harry la lui tendit.
_ Tu lui ressembles Harry, à ton père je veux dire… Sauf les yeux.
_ Oui je sais j'ai les yeux de maman.
_ Elle était belle. Je l'ai toujours enviée. Je crois que j'ai toujours été un peu jalouse d'elle... Elle a eu tout ce dont je rêvais: un mari qui l'aimait plus que tout, des amis, une vie quoi. Au fond je l’aimais tendrement, dit-elle gravement.
Harry tombait des nues. Sa tante se tenait devant lui et lui parlait de sa mère. Il devait rêver.
Soudain elle poussa une petite exclamation:
_ Ces lettres que tu n'as même pas ouvertes ? Il y en a au moins…
_ 56 exactement.
_ Mais... commença Pétunia.
_ Je n’ai pas envie d'en parler.
_ D'accord, désolée, excuse moi.
« Elle est pitoyable, pensa Harry, mais qu'est ce qu'elle me veut ??? »
_ Harry, reprit Pétunia, j'ai des choses à te dire. Ce n'est pas facile alors excuse moi si j'ai du mal à te parler… D'abord tiens, regarde ça.
Elle lui tendit le classeur qu'elle tenait à la main depuis son arrivée. Harry le prit et se mit à le feuilleter. Au fur et à mesure, ses yeux s'écarquillaient.
_ Mais ce sont…
_ Des lettres, oui. Des lettres de ta mère, ainsi que des photos.
_ Je ne comprends rien là…
Pétunia rejoignit Harry sur son lit, elle s'assit et l'observa intensément. Puis elle parla :
_ Ces lettres, c'est ta mère qui me les a écrites. En fait on n’avait jamais perdu contact depuis notre séparation.
_ Votre séparation ?
_ Oui, quand elle s'est mariée, elle est partie vivre dans votre monde. Et on a été séparées... On s'entendait bien toute les deux tu sais, malgré quelques différents. Mais c'était mon unique sœur et je l'aimais énormément.
_ Mais pourquoi alors me témoignes-tu autant de mépris ? Excuse-moi, mais en 15 ans je n'ai jamais vu le moindre geste compatissant de ta part !
_ Je n'ai pas d'excuse. Non, je n'en n'ai pas, mais je dirai juste un nom: Vernon.
_ C'est à cause de lui ?
_ Oui et non. Disons qu'il ne voulait plus que j'ai de contacts avec Lily car il la voyait comme un démon, et ce depuis qu'elle était venue se présenter à Vernon, elle et ses amis. Elle croyait qu'il comprendrait…
_ Et alors? Questionna Harry
_ Et alors, il n'a pas compris et moi j'ai été sotte. Je me suis mise à l'ignorer. Ces lettres, elle me les a envoyées à la suite de cette affaire. Je n'y ai jamais répondu… Et je le regrette tant.
Soudain, un bruit se fit entendre. Pétunia sursauta, craignant que ce ne soit Vernon, mais il ronflait à côté.
Harry se mit debout, prit sa baguette et demanda à sa tante de se placer derrière lui.
Au même moment, la porte de la chambre d'Harry s'ouvrit doucement, et une tête apparut dans l'embrasure…

Chapitre 2 : Encore une lettre


_ Il y a quelqu'un? demanda une voix d'homme
La porte s’ouvrit et…
_ Mais… Oh! Professeur Lupin.
Harry baissa sa baguette et fut soulagé
_ C'est vous !
_ Je me suis trompé d'endroit! J'ai transplané dans le couloir au lieu de ta chambre... Mais, je dérange peut être ? Il regarda Pétunia.
_ Écoute Harry…
Il se retourna vers sa tante qui venait de prendre la parole.
_ Lis ces lettres et je te dirais encore ceci : s'il n'y avait eu que moi, la situation serait différente. Je suis désolée mais ce que je pourrai dire n'effacerai pas cette ignorance ni ce que je t'ai fait subir… Écoute je reviendrai demain soir et si tu le désires, on en reparlera. Je vais te laisser avec ce Monsieur qui a l'air de te connaître. Bonne nuit.
Et elle fit une chose que jamais elle n'avait fait auparavant, elle l'embrassa sur la joue et sortit de la chambre.
Décidément, Harry ne comprenait plus rien. En fait il avait du mal à se connecter à la réalité.
_ Harry ?
_ Oui, c'est moi ! Quoi ? Oh pardon professeur j'étais un peu… perdu là.
_ Je m'en doute, mais que ce passe t-il ? Si ce n'est pas indiscret.
_ Ma tante vient de me parler de ma mère. Et là je suis un peu sur le…
_ Bien, je comprends ne t'inquiète pas. Alors ta tante t’as enfin parlé ? ajouta t-il, pensif
_ Vous saviez ? Non ce n'est pas vrai…
_ Pas tout, on ne sait pas tout, ne t'énerves pas, je t'en prie. J’ai quelque chose pour toi.
Remus ne voulait surtout pas que Harry ne s’énerve.
_ Tiens c'est pour toi, dit-il en lui tendant une enveloppe
_ Encore une lettre!
_ Oui, mais celle là tu ne seras pas obligé d'y répondre. Dit-il avec un sourire.
_ Ah bon ? Je vois, ce doit être mes résultats de BUSE.
_ Ouvre donc…
Mais Harry posa l'enveloppe. Lupin le regarda anxieusement. Les yeux verts du jeune garçon n'avaient plus cette lumière qui les animaient d'ordinaire. Son visage reflétait la tristesse et la douleur…
_ Harry… Harry, s’il te plaît regarde moi. Il n'aurait pas aimé que tu te mettes dans cet état ! Non vraiment, je sais…
_ Non, vous ne savez rien. Rien du tout. Je me sens vide. J'ai l'impression constante de tomber dans un trou sans fond. Harry marqua une pause. C'est de ma faute, malgré tout ce que Dumbledore m'a dit. C'est de ma faute…
Harry éclata en sanglot. Lupin le prit dans ses bras et Harry s'accrocha à lui comme à une bouée.
La porte de la chambre de Harry s'ouvrit doucement.
_ Je peux faire quelque chose ?
C'était Pétunia. Elle s'approcha, inquiète.
_ Non ça ira, je m'en occupe, merci…
Elle ressortit de la chambre aussi doucement qu'elle était rentrée. Harry se calma et se détacha de Lupin, puis il s'assit sur son lit.
_ Je ne comprends pas le comportement de ma tante. Je n'arrive pas à croire ce qu'elle m'a dit.
_ La vie est un immense secret et celui de ta tante était devenu trop lourd pour elle. Chacun a ses secrets… répondit Lupin d'un air mystérieux. Bon tu l'ouvres cette enveloppe ?
En réalité Lupin était désireux de changer de conversation.
_ Ah oui, l'enveloppe !
Il la prit, la décacheta et la lu :

Cher Monsieur Potter,
Voici les résultats de vos BUSE passés en juin dernier. Pour toute réclamation, veuillez vous adresser au Ministère de la Magie, Service des Examens. En espérant qu'ils vous satisfassent.

Astronomie: Piètre
Sortilèges: Effort Exceptionnel
Métamorphose: Optimal
Botanique: Effort Exceptionnel
DCFM: Optimal (plus bonus)
Potions: Optimal
Soins aux créatures magiques: Optimal
Divination: Piètre
Histoire de la Magie: Optimal

Bien à vous,

Professeur McGonagall.


_ Je ne m'attendais pas à ça… C'est bon, je crois…
_ Bon ? répondit Lupin, c'est excellent oui ! Bravo Harry !
_ Merci professeur. Vous savez quand je pourrai partir d'ici ?
_ Non pas encore, mais ça ne tardera pas rassure-toi. J'ai quelque chose à te demander Harry.
_ Quoi donc?
_ Je voudrais que tu répondes à tes amis. Ils se font du souci pour toi.
Harry soupira :
_ C'est d'accord je le ferai.
_ Je dois partir. Si tu as besoin de moi n'hésites surtout pas, envoie moi ta chouette. On est tous avec toi. Harry ne répondit pas
_ Bonne fin de nuit, ajouta Remus, à très bientôt Harry.
Harry lui sourit et Lupin transplana.

Chapitre 3 : On verra demain

Et de nouveau, il se retrouva seul. Il posa la lettre de ses résultats et entreprit de répondre à Ron puis à Hermione.

Ron,
Désolé de mon silence mais je n'avais pas envie d'écrire. Je vais très bien ne t'inquiète pas pour moi.
A bientôt,

Harry


Il écrivit la même chose pour Hermione.
_ Un peu rapide, se dit il à lui-même. Je leur réécrirai demain.
Après avoir envoyé Hedwige poster les lettres, il se rassit sur son lit et son regard s'arrêta sur le fameux classeur.
_ Tiens, Je l'avais oublié lui. Quand je pense que ma tante… J'ai vraiment du mal à croire tout ce qu'elle m'a dit. Et pourquoi maintenant ?
Il ouvrit le classeur et plusieurs photos en tombèrent, en les ramassant il reconnut sa mère et sa tante s'enlaçant sur une. Sa mère, son père et sa tante sur une autre… Puis Harry se mit à parcourir les feuillets. L'écriture était nette et ondulée. Il en lut une, au hasard

Pétunia,

Ta réaction me gêne et me chagrine. Je ne pensais pas que tu finirais par me rejeter, c'était pourtant ce qui me faisait le plus peur. Je n'ai plus que toi comme famille. (A part James bien sûr, mais avec lui c'est différent) L'autre jour je voulais t'annoncer une heureuse nouvelle: je suis enceinte. Mais ton nouveau mari nous ayant mit dehors… La vie n'est pas facile pour moi et James. Nous vivons cachés Ma sœur n'oublie pas que je t'aime…

A toi, Lily


Les autres étaient différentes: l'une parlait de la vie de Lily, l’autre de sa grossesse et une autre de James. Celle là, par exemple, annonçait sa naissance… Un tas de questions se bousculaient dans la tête de Harry. Il se souvint alors que sa tante lui avait promis de revenir le lendemain soir, l les lui poseraient alors. Puis Harry s'allongea sur son lit, pensif. Il pensait à Sirius. Lupin avait raison, il devait réagir, son parrain n'aurait pas aimé qu'il se laisse aller. Alors, pour la première fois depuis deux semaines, il s'endormit paisiblement en pensant que son parrain était enfin heureux avec ses parents.


Voilà, je mettrai la suite si ça vous plait. Les Chapitres sont beaucoup plus long donc je les posterai un par un...

Bonne lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helianay
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Harry Potter et les Sceaux de Salem   Sam 21 Avr - 13:01

ton histoire est super!!

continue STP, je veux la suite!!!!!

Revenir en haut Aller en bas
nanalise
Animateur/trice
Animateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 309
Age : 26
Localisation : la ou peut étre la ^^mais je sais plus ou...je suis perdu x(
Maison : cristal^^
Date d'inscription : 14/02/2007

Informations de l'école
Points: 37
Gallions: 337
Animagus: Chat gris-blanc n°2309

MessageSujet: Re: Harry Potter et les Sceaux de Salem   Lun 23 Avr - 21:34

deux mots: j'adore et la suite ^^ Very Happy

_________________

Remplaçante Pédagogique de Institut international magique de BeauxBatons
Animatrice de beauxbatons Very Happy
!!Vive les BOULETTES!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aya87
Directrice-Admin
Directrice-Admin
avatar

Nombre de messages : 97
Age : 29
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Harry Potter et les Sceaux de Salem   Mar 24 Avr - 23:54

Tiens mais on retrouve notre écrivain en herbe Very Happy Wink

Géniale ton histoire et je veux toute l'histoire cette fois!!! Very Happy Very Happy Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elanor Escoriall
Cristal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 59
Age : 36
Localisation : Toujours près de ce que j'aime
Date d'inscription : 08/04/2007

Informations de l'école
Points: 10
Gallions: 310
Animagus:

MessageSujet: Re: Harry Potter et les Sceaux de Salem   Jeu 7 Juin - 12:40

Hey!^^ Je vous met la suite?!^^^aller rien que pour vous..;

Chapitre 4: Une drôle de journée a Privet drive

Le jour pointa. Le soleil envahit la petite chambre de Harry qui se réveilla doucement. Il se demanda d'abord si il n'avait pas rêvé de ce qui c'était passé cette nuit. Son regard fit le tour de la chambre et il vit la lettre de ses BUSE. Il la prit, la relut et sourit.

-Je m'en suis bien sorti, pensa t-il fièrement. En plus, j'ai eu un Optimal en potion, ce qui fait que je vais pouvoir devenir Auror... Je me demande quels ont été les résultats des autres. Je leur écrirai cette après midi.

Il reposa la lettre et vit le classeur. Il le regarda, songeur.

-Elle en aura des choses à me dire…

Puis un appel parvint jusqu'à ses oreilles.

-HARRY, descend tout de suite déjeuner !

C'était son oncle et sa voix tonitruante. Harry s'habilla à toute vitesse et le rejoint dans la cuisine.

-Ah! Te voilà enfin! Assieds toi et mange. Bon Pétunia, c'est d'accord, je pars avec Dudley. Je voudrais lui montrer mon bureau et mon usine car après tout cela lui reviendra. Mais tu vas rester toute seule avec… lui. Cela ne te dérange pas, tu en es certaine ?
-Mais non Vernon… De toute façon j'ai du ménage à faire et il reste dans sa chambre en ce moment alors…
-Toi, fit l'oncle en désignant Harry, ne t'avise pas de déranger ta tante. Attention mon garçon, je le saurai.

Harry regarda son oncle avec des yeux ronds.

-Réponds quand on te parle!
-Oui, enfin non, mon oncle je ne…
-Tu as intérêt ! Bon où est mon fiston? Dit-il en se retournant vers sa femme.
-Il est monté après avoir déjeuner. Dudley, mon chéri, appela Pétunia, descends, vous devez partir.

Dudley descendit en ronchonnant :

-Maman j’ne veux pas y aller, s'il te plaît.
-Non Dudley chéri, ton père y tiens tu le connais. Allez ce n'est qu'une journée ! ajouta t-elle pour l'encourager.
-Ah, te voilà fils. Prêt ? Oui ? Bon nous pouvons y aller. Pétunia, au moindre problème tu m'appelles…
-Oui, Oui, promit-elle.

Mais en disant cela, son ton était presque énervé, comme si elle voulait que son mari parte au plus vite. Vernon ne se rendit compte de rien, il prit ses clefs et entraîna son fils (enfin le traîna) jusqu'à la voiture.

-Enfin ce n’est pas trop tôt! Se dit Pétunia à elle-même. Bon maintenant Harry… Allez, il le faut…

Elle se dirigea vers la cuisine. Harry était devant son bol de céréales, songeur. Quand sa tante entra, il ne l'entendit même pas.

-Hum… Hum… Harry ?

Il sursauta et regarda sa tante.

-Un problème ? Tes céréales ne sont pas bonnes ? Tu en veux d'autres ?
-Non merci… Je n’ai pas très faim… Où sont-ils partis ?
-Ton oncle voulait montrer à ton cousin sa fabrique et son bureau, alors hier soir je lui ai proposé d'y aller aujourd'hui comme ça, on pourra parler plus librement. Enfin, c'est ce que j'ai pensé mais peut-être ne le veux tu pas ?

Harry ne savait pas trop quoi répondre. D'un côté il voulait savoir pourquoi sa tante l'avait ignoré mais d'un autre, il trouvait cela tellement bizarre…

-Je vais ranger la cuisine et on ira au salon. Tu veux bien ? demanda t-elle, visiblement anxieuse
-C'est d'accord acquiesça Harry. Attends je vais t'aider.

En dix minutes, la cuisine fut rangée. Pétunia et Harry se dirigèrent vers le salon. Elle s'assit sur le fauteuil, Harry, lui, resta debout.

-Bon d'abord je vais tout t'expliquer et après si tu as des questions, j'y répondrai. Ca te va ?

Harry fit oui de la tête. Pétunia prit une profonde inspiration et commença à parler:

-Alors voilà: Cela remonte à loin. Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours aimé ta mère même si, je l'avoue, j'en étais jalouse. Dans la famille Evans, c était mon père c'est a dire ton grand père qui était sorcier. Malheureusement, papa est mort jeune et maman s'est remarié avec une personne sans pouvoirs. Elle ne lui avait jamais dit que notre père était sorcier et il l'a appris quand Lily a reçu sa lettre pour ses 11 ans. Du coup, il a laissé notre mère car il a eu peur. Cet homme je l'aimais beaucoup et quand il est partit j'en ai beaucoup voulu à ta mère. Mais je n'ai pas pu lui en vouloir longtemps. Moi aussi j'espérais recevoir cette lettre un jour. Mais jamais elle n'est venue. Pétunia s'interrompit, comme s'il elle le regrettait encore. Le temps a passé, reprit-elle, et Lily est devenu une belle et talentueuse sorcière. Moi je ne la voyais plus beaucoup. Ma mère m'avait placée en pension et les vacances d'été passaient trop vite. On était devenue des adolescentes et l'année de mes 13 ans, elle en avait 15, elle me confia un secret. Elle était amoureuse, il s appelait… James. Elle avait des amis super, bref, elle était heureuse. Pendant deux ans, elle ne me parla plus que de lui dans ses lettres et quand on se voyait. Et puis l'année de ses 17 ans elle m'a annoncé qu'elle se mariait à la fin de son année scolaire. A cette époque elle ne me parlait pas beaucoup de son monde et je n'osai pas poser de questions. A la fin de ses études, elle partit s'installer avec James. Ils voulaient tout deux devenir… Mince, je me souviens plus du mot… je crois que c'était pour chasser les mages noirs…
-Auror ? questionna Harry
-Oui, c'est ça, Auror . Elle m'invita chez elle à plusieurs reprises et un jour elle me parla plus que d'habitude. Elle me raconta sa vie avec James et surtout elle me parla de ce Voldemort et de ses terribles méfaits… A l'époque j'avais 20 ans et elle 22. Elle était mariée depuis 4 ans. Lily était inquiète et semblait avoir peur… Puis pendant un an je n'ai plus eu de nouvelles. De mon côté j'avais commencée à vivre ma vie. J'avais fait la rencontre de Vernon et dans les 6 mois qui suivirent je m'étais mariée. Je n'avais pas parlée de Lily à Vernon. J'avais peur de sa réaction. Et j'avais raison ! Pour preuve : un beau jour, cela faisait plus d'un an que je ne l'avais pas vue, elle frappa à ma porte. Avec elle était James et ses amis. Peut-être pensait-elle que j'avais prévenu Vernon car James a fait l'erreur de jeter un ou deux sorts, pour se mettre à l'aise… Ton oncle a eu très peur ! Il a chassé tes parents ainsi que leurs amis. Par la suite il m'a demandé des explications. Quand il eut compris, il me fit jurer et promettre de ne plus fréquenter Lily. De l'oublier, car elle était malsaine et que lui avait une réputation… Alors je me suis exécutée… Je n'ai plus répondu à ses lettres et je l'ai reniée. Pétunia marqua une pause, quand elle reprit sa voix se fit plus grave. Je ne me doutais pas que ce jour là, je l'avais vu pour la dernière fois… Les lettres du classeurs, ce sont celles qu'elle m'a envoyée lors de ses années de collèges et après. Dans les dernières elle me parle de ce sorcier, de sa peur… la toute dernière est celle ou elle m'annonce ta naissance.

Pétunia s’arrêta laissant échapper un sanglot. Harry lui, avait les poings serrés dans ses poches et regardait par la fenêtre. Il luttait contre la colère qui l'envahissait.

-Il y a 15 ans reprit Pétunia, je t'ai trouvé sur le pas de ma porte à mon réveil. Une lettre t'accompagnait, m'expliquant pourquoi et ce qui c'était passé ainsi que l'origine de ce sortilège qui te protégerait tant que tu vivrais ici. Quand Vernon t'as vu il, a voulu t’emmener à l'orphelinat, refusant d'avoir un être comme toi, chez lui. Dudley avait un an et il ne voulait pas que son fils te côtoie. Mais j'ai dit que je ne pouvais pas refuser. La suite… Je t'ai traité comme il l'a voulu même si mon cœur ne le voulait pas.Pendant 15 ans Harry… Je suis si désolée… lâcha t-elle en détourant le regard.
-Désolée... Harry avait dit ces mots d'une façon étrangement calme.
-Harry...
-C'est dégoûtant. Décidément, je me rends compte que tout le monde me cache des choses. Mais le pire, Le pire c'est que je n'arrive pas à t'en vouloir. Après ce que je viens d'apprendre plus rien ne m'étonne… même pas ça…
-Harry, je n'aurais jamais dû me laisser intimider...
-Ca n'aurait rien changé. J'aurai tout de même, à mes 11 ans, été à Poudlard.

Harry était calme. Sa colère était passée comme si quelqu'un en lui, lui disait de garder son calme…

-As-tu des questions ?
-Non. Celles que j'avais tu y a répondu.
-Je peux t'en poser une moi ?
-Au point où en sont les confidences, je ne risque pas grand chose. Vas-y.
-Cet homme cette nuit, j'ai eu l'impression de le connaître, qui est-ce ?
-Remus Lupin. C'était un des meilleurs amis de mon père.
-Oui, je me souviens… Et…
-Et ?
-Pourquoi pleurais-tu?

Harry se tu, son visage redevint triste et ses yeux se remplirent de larmes. En voyant cela, Pétunia se leva et se rapprocha de lui. Elle posa ses mains sur ses épaules.

-Tu n’es pas obligé de répondre. Je comprendrai.
-Je n'ai pas envie d'en parler.

-Je comprends… Bon tu veux faire quoi aujourd'hui ?
-Hein, quoi?

-On est tout les deux et j'ai 15 ans à rattraper et à me faire pardonner… Alors, tu veux inviter des amis ? Aller faire un tour ? Mais il faut que tout soit fait avant 18h. Je ne voudrais pas que tu aie des ennuis avec Vernon.
-Je… je sais pas trop…
-Le plus simple, c'est que tu y réfléchisses mais vite. Il est 10 h et une
journée passe si vite.

Harry eut soudain une idée. Il voulait amener sa tante au Chemin de traverse. Il ne savait pas exactement pourquoi, mais c'était ce qu'il voulait faire.

-Je crois savoir, commença t-il.
-Je t'écoute.
-C'est une surprise. Mets ton manteau et rejoins-moi ici dans une demi heure. D'accord ?

Sa tante lui sourit

-D'accord.

Bien qu'elle fut surprise Pétunia décida de ne rien dire, trop contente que son neveu ne soit pas en rage contre elle. Elle monta dans sa chambre. Harry lui aussi monta dans la sienne. Il espérait qu'Hedwige serait rentrée, il voulait prévenir Ron et Hermione pour qu'ils les rejoignent s'ils pouvaient. Par chance elle était revenue. Il écrivit deux messages, l'un à Ron :

Ron,
Je vais me promener au Chemin de Traverse. Veux tu m'y rejoindre? Préviens
Hermione.
Harry

L’autre à Remus Lupin :

Professeur Lupin,
Ma tante m'a parlé, elle veut passer la journée avec moi. Je voudrai aller au Chemin de traverse mais on a ni voiture, ni poudre de cheminette et je ne peux pas transplaner. Avez-vous une solution?
Faites vite,
Harry

-Allez Hedwige porte ces deux messages s'il te plaît, fais vite…

Il prit sa baguette et sa cape de Poudlard puis descendit dans le salon. Quinze minutes plus tard, Hedwige revenait avec deux enveloppes. Harry ouvrit la première.

Super on t'y rejoins. Je suis trop content j'ai un truc super à te dire.
Ron
(Hermione nous rejoins bien sûr!)

Et dans la deuxième un bref mot de Lupin :

Serons là à 10h30
Remus

Harry sourit. Il ne savait toujours pas pourquoi il avait eu cette idée, ni pourquoi il n'était pas furieux contre sa tante.
Deviendrais-je imperméable à tout sentiment ?
C'était vraiment une drôle de journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elanor Escoriall
Cristal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 59
Age : 36
Localisation : Toujours près de ce que j'aime
Date d'inscription : 08/04/2007

Informations de l'école
Points: 10
Gallions: 310
Animagus:

MessageSujet: Re: Harry Potter et les Sceaux de Salem   Jeu 7 Juin - 12:41

Chapitre 5 : Je tiens a toi

10h25, Pétunia rejoignit Harry au salon elle s’était habillée de façon très simple. Un tailleur crème et un foulard sur ses épaules.

-Je suis bien habillée ? demanda-t-elle à Harry
-C’est très bien. Mes amis nous rejoignent là où on va, cela ne te gêne pas ?
-Du tout. Je vais les connaître et cela me fait très plaisir, crois moi. Et ou allons nous ?
-Surprise ! J'attends qu’on…

Plusieurs bruits se firent entendre dans le salon. Pétunia tressaillit, Harry sortit rapidement sa baguette mais la rangea quand il vit les personnes qui étaient apparues.

-…Qu’on arrive pour nous chercher ! termina Harry. Bonjours Professeur Lupin, Professeur Maugrey. Je vous présente ma tante, Pétunia.
-Bonjour Madame, fit Maugrey de sa voix rauque.
-Ravi de vous revoir Madame, fit Lupin, à son tour.

Pétunia tremblait un peu. Elle se ressaisit et tandis la main vers les deux hommes.

-Bonjour Messieurs, dit-elle en souriant
-Dis, Harry mon grand, bravo pour les résultats de tes BUSE. Apparemment ils sont bons ?
-Euh… Oui, merci professeur.
-Tu as eu des examens ? questionna Pétunia
-Oui, les BUSE et j’en ai eu pas mal. Je crois que je m’en suis bien tiré. Ajouta t-il avec un sourire.
-Et bien bravo Harry ! Quand je pense que Dudley n’a même pas été capable de dégoter les siens. Mais les BUSE c’est quoi ?
-Ce sont des examens que les élèves passent en fin de cinquième année, pour voir si ils ont bien assimilés les points fondamentaux, ce sont aussi des examens qui peuvent déterminés le futur des élèves. Répondit Maugrey

Pétunia hocha la tête.

-D’accord, je comprends.
-Bon, fit Lupin, je crois qu'il faut y aller. Nous allons utiliser la Poudre de Cheminette. Vous avez bien une cheminée Madame ?
-Euh … Oui, dans la salle à manger, on ne l'a pas fait reboucher depuis deux ans.

Elle regarda Harry et lui fit un clin d'œil. Il sourit en repensant à Mr. Weasley et à la cheminée des Dursley deux ans plus tôt !

-Bien alors allons-y.
Ils se dirigèrent tout les quatre vers la salle à manger.

-Bon, Madame, nous allons vous montrer. Commença Lupin.
-Je sais, répondit Pétunia, on prend cette poudre, on la jette sur soi en prononçant le lieu ou on veut aller. C’est bien ça ?
-Tout à fait mais,… Fit Maugrey surpris
-Oubliez-vous que ma sœur fut une sorcière ? Taquina Pétunia

Tout le monde se mit à rire.

-Et où allons-nous ? demanda t-elle à Harry.
-Au Chemin de Traverse ma tante.
-Au quoi ?

Pétunia fut étonnée, mais en même temps un large sourire se dessinait sur son visage.

-Oh, Harry j’ai toujours voulu y aller. Mais je n’ai jamais pu…
-Alors si on partait ? Lui répondit simplement Harry

Lupin partit le premier, Pétunia et Harry suivirent, Maugrey fermait la marche. A son arrivée, Harry vit Pétunia comme transfigurée. Elle avait la bouche ouverte et regardait autour d’elle avec des yeux d’enfants.

-Harry, te voilà enfin !

Il sentit deux paires de bras l’enserrer. C’était Ron et Hermione, heureux de revoir leur ami après tant de temps.

-Comment vas-tu Ron, et toi Hermione ?
-On va bien tout les deux, mais et toi ? lui demanda doucement Hermione.

Harry se sentit tout drôle. En fait, il ne savait pas comment il allait.

-Bien, enfin je crois, hésita t-il.

Pétunia, une fois passé son étonnement le rejoignit.

-Harry, où sommes nous ?
-Ah oui, ma tante, nous sommes au Chaudron Baveur et je te présente mes deux meilleurs amis : Ronald Weasley, mais il préfère qu'on l’appelle Ron, et voici Hermione Granger. Ils sont dans la même maison que moi et en même année.
-Bonjour les enfants, fit Pétunia, heureuse de faire votre connaissance !
Les deux amis regardèrent tour à tour Pétunia puis Harry. Le regard de ce dernier leur dit : "Je vous expliquerai plus tard. ".

-Enchantée Mme Dursley, répondit Hermione en tendant la main.
-Bonjour Madame, fit Ron d'une voix glacée.
-HARRY, tu es là mon chéri, enfin !

En moins de temps qu’il n'en fallait pour le dire, Harry se retrouva serré dans les bras de… Mme Weasley.

-Mme… Weasley…Suffoqua Harry
-Arrête m’man, tu l’étouffes, fit Ron.
-Oh pardon, mais je suis si heureuse de le voir!
-Comme nous tous Molly, répondit Lupin avec un large sourire
-Harry, tu ne me présentes pas ta tante ?

Cette dernière était restée un peu en retrait, ne sachant pas trop comment se comporter.

-Si bien sur que si! Ma tante, voici Mme Weasley, la mère de mon ami Ron.
-Ravie de faire votre connaissance Mme Weasley, fit Pétunia en lui tendant la main.
-Moi de même. Mme Weasley prit la main de Pétunia et l’emmena faire le tour du Chaudron, tout en lui parlant avec gentillesse.

Harry remarqua alors que le Chaudron Baveur était vide. Il allait poser la question à ses amis quand plusieurs « pop » se firent entendre. Plusieurs personnes apparurent. Harry reconnut Tonks, Kingsley, mais aussi Charlie, Bill et Ginny.

-Dites, fit Harry en regardant ses amis, je comprend rien. Je n'ai prévenu que vous et Lupin que je venais ici…
-Oui et Lupin a du prévenir l'Ordre. Répondit Hermione
-Moi, j'ai été obligée de prévenir maman. Au fait Harry, tu les as eus ?
-Hein ? Euh, quoi Ron ?
-Tes BUSE idiot, répondit Hermione.
-Ah, oui, j’ai eu de bonnes notes. J'ai même décroché un O en potion. Et vous?
-Moi, fit Hermione, j'ai eu des O partout sauf en Runes où j'ai eu E.
-Quand à moi je me suis bien débrouillé aussi, répondit Ron fier de lui.
-Bon, ce n’est pas tout mais je suis là pour faire visiter le Chemin de Traverse à ma tante. Vous voulez venir ? S'enquit Harry
-Bien sur que oui, répondit Ron. Mais, Harry qu’est ce qu'il s’est passé avec ta tante ?
-C’est vrai ça Harry, que lui est-il arrivé pour qu’elle accepte de venir ici avec toi ? demanda Hermione.
-Et bien en fait, on a parlé. Elle m'a expliqué certaines choses … Mais, c’est un peu long. Je vous en parlerai quand je vous reverrai. D'accord ?
-Comme tu veux Harry. Répondirent en cœur Ron et Hermione.

Mme Weasley parlait toujours à Pétunia, qui écoutait vaguement. Elle était subjuguée par toutes ces personnes autour d'elle ainsi que par l'endroit où elle se trouvait. Harry s’approcha d’elle et lui demanda :

-Ma tante, veux tu venir voir les différentes boutiques du Chemin de Traverse?

Pétunia se retourna et vit Harry. Elle lui sourit et répondit.

-Bien sûr, j’en serai très heureuse. Tes amis nous accompagnent ?
-Si cela ne te dérange pas.
-Mais non ! J'en suis ravie crois, moi Harry.

Hermione et Ron s’étaient rapprochés de Harry qui s’apprêtait à partir. Mais quelqu’un l’interpella :

-Hé là, mon garçon, où compte tu aller comme ça ? fit une voix rauque derrière lui. Harry se retourna et vit Maugrey qui le regardait.
-Non, Professeur Maugrey c'est à dire que j'avais prévu d’aller montrer le Chemin de Traverse à ma Tante. Alors on y va?
-Crois-tu que même sur le Chemin de Traverse nous allons te laisser sans protection ? fit une deuxième voix, celle-ci appartenant à Lupin.
-Je suis en sécurité ici non ? Il y a plein de sorciers dans les rues… Commença Harry.
-Avec le retour de Voldemort tu n’es en sécurité nulle part Harry, répondit Lupin. C’est pourquoi nous sommes là. Nous devons te protéger.

Pétunia avait suivit la conversation et semblait ne pas comprendre grand chose. Elle déclara néanmoins à Harry :

-Écoute, je tiens à toi Harry et je refuse que tu coures le moindre danger. Alors si ces Messieurs assurent ta protection, ils viendront. Je refuse qu’il t'arrive quoi que ce soit !

Elle avait dit cela avec tant d’inquiétude dans la voix, et fixait si intensément Harry, qu’il ne savait pas vraiment comment réagir. Les regards que lui lancèrent ses amis finirent par le convaincre.

-C'est d’accord. De toute façon je n’ai pas le choix…

Un « pop » se fit entendre et une voix dit :

-Bonjour à tous, je vois que tout le monde est là…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elanor Escoriall
Cristal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 59
Age : 36
Localisation : Toujours près de ce que j'aime
Date d'inscription : 08/04/2007

Informations de l'école
Points: 10
Gallions: 310
Animagus:

MessageSujet: Re: Harry Potter et les Sceaux de Salem   Jeu 7 Juin - 12:43

Chapitre 6 : Une arrivée étonnante...

Harry se retourna et son cœur fit un bond dans sa poitrine. En effet le Professeur Dumbledore venait de faire son apparition. Tout le monde le salua et il se dirigea vers Harry et Pétunia. Mais ce dernier se sentit bizarre. Il n'avait pas revu son directeur depuis l'entrevue au cours de laquelle il lui avait révélé l'existence de la prophétie. Il sentit à nouveau la colère monter en lui et une fois de plus, comme quelques heures auparavant, cette colère disparut comme si une personne lui avait dit de se calmer, de se maîtriser.

-Bonjour Mme Dursley, Miss Granger, Mr Weasley. Harry… fit Dumbledore.

Harry ne répondit pas. Il détourna le regard, refusant de lui parler. Il ne voulait pas pardonner, non il ne voulait pas. Les mensonges … Tous ce qui l'avait et le faisait encore souffrir… La réaction de Harry surprit Hermione et Ron qui se regardèrent. Un certain malaise s'installa. Lupin s'approcha de Harry et lui mit les mains sur les épaules, le forçant ainsi à se retourner. Harry ne leva pas les yeux mais s'adressa directement à ses amis et à sa tante :

-Je vous attends dehors. Il faut que je sorte j étouffe ici…
-Harry, mais… fit Hermione.

Mais ce dernier était déjà sorti.

-Qu'est-ce qui lui prend ? demanda Ron en regardant successivement Lupin et Dumbledore.

Lupin baissa les yeux. Dumbledore soupira

-C'est une réaction logique, je n'en tiens pas compte. La colère peut vous faire faire de drôle de choses. Je suis très heureux de vous voir ici Mme Dursley. Dit-il pour changer de sujet.

Pétunia n'avait rien dit quand à la réaction de Harry. Elle paraissait surprise et inquiète.

-Je suis moi-même heureuse d'être ici, mais je ne comprends pas la réaction de mon neveu.
-Ne vous inquiétez pas, moi je la comprends très bien. Et il vous en parlera quand il sera prêt. Mais je suppose que vous ne devez pas avoir beaucoup de temps. Je vous suggère donc à vous tous d'y aller ainsi que votre garde rapprochée. Rejoignez Harry pour cette visite. Au revoir à tous et bonne journée!

Il s'éloigna pour rejoindre les autres membres. Ses épaules étaient voûtées comme s’il portait un énorme fardeau.

-Hermione, Harry t’a parlé de quelque chose ? Pourquoi diable a-t-il réagi comme ça ?
-Je n'en sais rien, Ron. Mais tu as entendu ce que Dumbledore a dit ? Il nous en parlera quand il sera prêt.
-Alors les enfants, Mme Dursley, vous êtes tous prêts ? Nous sommes partis ? demanda Tonks.
-Ok, on y va répondirent les ados en cœur.
-Je vous suis, fit Pétunia.

Ils rejoignirent donc Harry, qui les attendait au dehors. Pétunia se dirigea vers lui en souriant

-Harry, je voudrai changer un peu d'argent c'est possible ?
-Oui, bien sur, répondit ce dernier, à Gringotts.
-Alors si on allait là-bas en premier ?
-D'accord, fit Harry

Son ton était bizarre. La vue de son directeur lui avait remis en mémoire cette prophétie et tous ces mensonges. Et la mort de Sirius… Harry sentit les larmes lui monter aux yeux, ce qui n'échappa pas à sa tante. Elle se contenta de mettre son bras autour de ses épaules, en toute discrétion. Le petit groupe se dirigea vers Gringotts ; Hermione et Ron étaient côte à côte comme le remarqua Harry tout comme le fait qu’ils se tiennent par la main…

« Je crois que je ne suis pas le seul à cacher certaines choses, pensa Harry avec un petit sourire. Il va falloir qu'on parle! »

Tonks, Maugrey et Lupin marchaient un peu en retrait. En discutant, ils avaient décidé de laisser Harry seul avec sa tante, sachant que le moment était important pour le jeune sorcier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elanor Escoriall
Cristal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 59
Age : 36
Localisation : Toujours près de ce que j'aime
Date d'inscription : 08/04/2007

Informations de l'école
Points: 10
Gallions: 310
Animagus:

MessageSujet: Re: Harry Potter et les Sceaux de Salem   Jeu 7 Juin - 12:44

Chapitre 7 : Les Cadeaux de Pétunia

-Etrange la réaction de Harry quand il a vu Dumbledore, tu ne trouves pas Hermy ? fit Ron en marchant.
-Il nous cache quelque chose, j’en suis sûre. Tu as vu son regard ? Et comment il se comporte avec sa tante. Je ne comprends pas. Il aurait pu nous en parler. On est ses amis. Je suis inquiète Ron…

Ron prit la main d' Hermione et la serra.

-Ne t’inquiète pas si il veut le faire, il le fera,… Tu le connais… Et nous ? On lui en parle quand ?

Hermione regarda Ron.

-Tu ne crois pas qu’il va s’en rendre compte, là ? fit Hermione en regardant Ron dans les yeux. et tous deux éclatèrent de rire.

Ils marchaient toujours sur le Chemin de traverse. Lupin, Tonks et Maugrey parlaient de choses et d’autres. Lupin se détacha du groupe et se mit à la hauteur de Harry et de sa tante. Ce dernier expliquait à sa tante Pétunia les différentes fonctions des boutiques ainsi que ceux qui s' y vendaient.

-Alors ici c’est l’apothicaire, c’est là que l’on achète les produits pour faire les potions. Et là c’est Fleury &et Bots le libraire…
-Et ce magasin là ? fit Pétunia en désignant une vitrine où trônaient un balai et des uniformes colorés trônaient.
-C' est le magasin de balais et d’accessoires pour le Quidditch.
-Le quoi ? demanda Pétunia perplexe.
-C est le sport le plus extraordinaire qu’il existe au monde… fit Harry, devenu soudain enthousiaste. Alors, tu vois c’est……
-Ah ! fit Lupin en arrivant près d’eux. Je vous préviens Mme Dursley, si vous branchez Harry sur le Quidditch, vous n’êtes pas au bout de vos peines !

Pétunia voyant l’enthousiasme de son neveu et la remarque de Lupin se mit a rigoler suivie par Harry.

-Bon, très bien, d’accord fit ce dernier…, riant toujours. Je me tais ! Je t'expliquerai plus tard ! Nous voilà arrivés ma tante : Gringotts.

En effet ils étaient arrivés ou ce trouvait devant la Banque des Sorciers. Pétunia se fit un peu hésitante devant l'imposante porte avant d’entrée…

Voyant son hésitation, Hermione fit soudain :

-Venez Mme Dursley, il faut que je change de l’argent moi aussi…-

Et pendant ce temps, nous on ira au coffre renchérit Lupin. Harry, tu as sûrement besoin d'un peu de monnaie non ?

Harry laissa sa tante aux mains de Hermione et se dirigea vers les wagonnets avec Ron et sa garde rapprochée.
De leur côté, Hermione et Mme Dursley, toujours un peu effrayée par l'austérité des lieux, s'étaient mises à parler.

-Cela fait longtemps que vous vous connaissez, mon neveu et vous ?
-Depuis notre première année. C’est mon meilleur ami. C’est un garçon généreux, attentionné qui sait toujours quoi faire dans la pire des situations…..
-Sa mère aussi était généreuse… Quand à James il était très intrépide. Mais Harry, je le connais si peu… Dans la pire des situations dites vous ? fit s'étonna Pétunia, en regardant Hermione avec des grands yeux.
-Hum Euh… répondit Hermione en baissant les yeux. Nous voilà au guichet ! Vous voulez changer combien ?

Pétunia regarda le guichetier avec un air regard de surprise mêler d’effroi. Hermione comprit que c’était les gobelins qui effrayaient la tante de Harry….

-Ce sont des Gobelins. Ce ne sont est pas la plus agréable des créatures mais c est ils sont très intelligent. Ce sont eux qui dirigent cet endroit.
-Ah, des gobelins,… Magnifique… fit Pétunia d’une voix anxieuse. Tenez Mademoiselle… Elle lui tendit quelques billets moldus pour que Hermione les changent.
-Vous savez madame,… Mon nom c’est Hermione et je serai plus à l’aise si vous me tutoyer… Enfin, c’est vous qui voyez…
-Excuse-moi, Hermione…

Hermione finit la transaction et tendit à Mme Dursley les Gallions que cette dernière rangea. Elles se dirigèrent toutes les deux vers la sortie. Soudain Pétunia posa une question toute bête apparemment incongrue :

-Dis-moi Hermione, je voudrai faire un cadeau à Harry pour ces 16 ans. Mais je ne connais pas ses goûts, ces passions… Selon toi, qu’est- ce qui il lui ferait plaisir ?

Hermione regarda Pétunia et réfléchit. Elle avant de reprendre reprit la parole :

-Il adore le Quidditch. C’est sa passion… A Poudlard, il aime beaucoup la matière DéfenseContre les Forces du Mal et dans laquelle il est très doué…

Elles étaient arrivées sur le perron de Gringotts.

-Je vais l'amener au magasin de Quidditch, mais je suis embêtée, je voudrai que ce soit une surprise…
-Et bien, vous n'avez qu'à y amener Ron. Lui aussi adore ce sport, et il saura sans doute mieux vous aider que moi, je suis nulle à ce jeu ! Par contre je pourrai vous aider chez Fleury & Bots, la librairie.
-Bien, j'accepte volontiers. Merci ma grande. Pétunia souriait.

Pendant ce temps, Harry était allé prendre quelques Gallions dans son coffre en compagnie de Ron et de sa garde. Quand ils revinrent, Harry ne put s'empêcher de sourire à la vue de sa tante et de Hermione discutant ensemble.

-Décidément, fit Harry, qui aurait cru hier encore que ma tante changerai comme ça ? Je suis content mais un peu surpris…
-Surpris, fit Lupin en lorgnant Harry. Ne t'as t-elle pas parlé ?
-Si mais, je suis surpris de ma réaction. Je ne lui en veux même pas! Je ne ressens aucune colère alors que je devrai. Je ne me suis même pas énervé quand elle m'a parlé de ces 15 années et des raisons de son comportement. Je m'étonne…
-Tu as grandi mon garçon. Grandi et mûri, répliqua Maugrey
-Oui, Maugrey a raison. Ton cœur et toi-même, ta conscience, avez besoin de soutien et le fait que ta tante se révèle être une autre personne te rassure, t'apaise et au fond de toi tu l'as toujours désiré, déclara Tonks.
-Sans doute oui, mais…
-Mais ? interrogea Lupin.
-Non ce n'est rien.

Harry se tourna brusquement vers Ron.

-Dis donc toi ? Tu n'aurai pas oublié de me parler de quelque chose, par hasard ?

Au brusque changement de ton de Harry, Lupin le regarda, les sourcils froncés, mais n'insista pas.

-Hein ? J'ai oublié de te dire quoi ? demanda Ron étonné
-Ne fait pas l'innocent ! J'ai remarqué que toi et Hermione… Fit Harry agitant son index sous le nez d'un Ron rougissant.
-Quoi, moi et Hermi…
-Parce que en plus tu l'appelles Hermi ! Et depuis quand ?
-Euh, et bien…Une semaine…

Harry ne put s'empêcher de rire aux éclats devant la mine écarlate de Ron. Il fut rejoint par les trois adultes.

J-e suis content pour vous deux, Ron ! Vraiment ! dit finalement Harry en lui tapant sur l'épaule.

Aux éclats de rire du groupe, Pétunia et Hermione accoururent.

-Et, peut- on savoir ce qui vous fait rire comme ça ? demanda Pétunia.
-Lui… firent en cœur Harry, Lupin, Maugrey et Tonks désignant Ron, plus rouge que jamais.
-Au fait Hermione, je suis content pour toi et Ron déclara Harry après avoir repris son sérieux.
-Bon si on y allait maintenant ? fit Lupin. Par où on commence ?
-Bon moi, déclara Hermione, j'ai besoin de Harry pendant dix minutes. Elle fit un clin d'œil à Pétunia. Pendant ce temps, faites ce que vous voulez !
-Quoi, de moi ? Mais pourquoi ? s'étonna Harry
-Pour quelque chose. On vous laisse !

-Attendez vous deux, je vous accompagne, fit Maugrey.
-Nous, on reste ici. On se retrouve dans dix minutes, d'accord ? demanda Lupin

Chacun alla de son côté. Pétunia s'excusa alors auprès de Ron et s'expliqua :

-Désolée, mais j'ai besoin de toi. Je voudrai faire un cadeau à Harry sans qu'il s'en doute. Tu pourrais m'aider ? Avec ton amie, on avait pensé au magasin de Quidditch. -Mais je n'y connais strictement rien. Elle m'a dit que toi en revanche…
-Oh d'accord, je comprends mieux! C'est sûr Hermi, question Quidditch…
-Harry ne doit rien comprendre ! fit Lupin avec un sourire. Regardez-le…

En effet, Harry suivait Hermione faisant de grands gestes en signe d'incompréhension. Ils l'entendaient encore :

-Mais Hermione… Je ne comprends rien… !

Ron, Pétunia, Tonks et Lupin se dirigèrent vers le magasin. Ils entrèrent dans la boutique. Pétunia regardait tous les articles avec un grand étonnement.

-Alors voilà, fit Ron, Harry est attrapeur et possède un superbe Éclair de Feu. C'est un balai. s'empressa t-il d'ajouter devant l'air perdu de Pétunia.
-De quel genre de choses aurait-il besoin ?

Et les quatre personnes se mirent à farfouiller dans les rayons à la recherche d'un cadeau. Ron et Tonks expliquaient à Pétunia, à quoi servaient les différents objets sous le regard amusé de Lupin. Finalement, Pétunia opta pour un magnifique étui à balai pour ranger l'Eclair de Feu, une tenue rouge et or pour les entraînements et un livre sur les différentes tactiques du Quidditch. Elle fit également l'acquisition d'un magnifique Vif d'Or de collection. Lupin décida de prendre les cadeaux pour que cela paraisse moins louche. Ils sortirent tous les quatre et rejoignirent Harry et Hermione ainsi que Maugrey.

-Bon, je n'ai pas trouvé mon livre ! déclara Hermione
-Évidemment, tu n'es même pas entrée dans la boutique ! lui répondit Harry d'un ton de reproche.

Pétunia se rapprocha de Harry.

-Et si nous y allions dans cette librairie ?

Ils se dirigèrent tous vers Fleury & Bott, discutant et rigolant. Harry était bien. Il se sentait heureux et serein. Ron et Hermione quant à eux, se tenaient par la main sous le regard amusé de Harry. Ils arrivèrent chez le libraire et petit groupe s’éparpilla dans le magasin. Lupin resta avec Harry et Pétunia. Soudain Hermione fit un signe à la tante de Harry. Ce dernier discutait à propos d'un livre avec Lupin et ne la vit pas. Discrètement elle se dirigea vers Hermione qui lui montra différents livres.

-Regardez Mme Dursley, j’ai trouvé différents livres qui pourraient intéresser Harry.

Elle lui tendit le premier qui était :

-L'Histoire de Poudlard lu Pétunia. C'est votre collège, non ?
-Oui. Ce livre raconte l'histoire de notre collège depuis ses origines. Il est très utile !
-Bien, Et les autres ?
-Ce sont des ouvrages de DCFM regardez.

Pétunia prit les livres et les feuilleta.

-Je n'y comprends pas grands choses. Dis-moi, c'est ce qu'il y a de mieux ?
-Ce sont les derniers sortis, commenta Hermione.
-Bon, alors prend les, ainsi que L’Histoire de Poudlard. Tiens..

Pétunia tendit sa bourse.

-Peux-tu aller les régler ? Ce sera plus discret.
-Sans problème, fit Hermione, fière de rendre service.
-Merci ma grande.

Et Pétunia retourna auprès de Harry se mêlant à la conversation.
Hermione se dirigea vers Ron, chuchota à son oreille et tout deux se dirigèrent vers le vendeur. Harry montra à sa tante différents livres. Elle s'émerveilla, posant beaucoup de questions.
Midi sonna. Cela faisait déjà presque deux heures qu'ils étaient là. Ils sortirent de la librairie. Pétunia proposa d'aller déjeuner et sa proposition fut acceptée par tous, avec plaisir.

-Alors Hermione tu as trouvé ce que tu voulais ?
-Oui, Oui Harry ! Elle fit un clin d'œil à Pétunia.

Ils se dirigèrent tout les sept vers le Chaudron Baveur. Quand ils y pénétrèrent, Harry remarqua que l'auberge était encore remplie d'Auror. La famille Weasley était là à une table et leur fit signe pour qu'ils les rejoignent.
Le Professeur Dumbledore avait été rejoint par les professeurs Rogue et McGonagall, qui se tenaient non loin de la table des Weasley.

-Alors, bonne ballade? demanda Molly
-Excellente !
-Super ! répondirent en cœur Ron, Harry et Hermione.
-Vous devez tous mourir de faim. Remus, pose donc tes paquets et venez vous asseoir avec nous. Nous allions commencer.
-Excusez-moi mais, commença Pétunia
-Un problème ma tante ?
-Non Harry, mais j'aurais simplement voulu que l'on déjeune tous les deux si ça ne dérange pas.
-Mais bien sûr que non, ça ne me dérange absolument pas ! répondit Harry
-Il y a une table de libre là-bas, désigna Molly. Nous comprenons tout à fait Mme Dursley.

Avec un sourire Pétunia et Harry se dirigèrent vers la table sous le regard du professeur Dumbledore qui esquissa un sourire et sous les yeux attendris du professeur McGonagall et de la famille Weasley ainsi que de Hermione.

-Je suis contente que la situation ait évolué dans ce sens. Harry en avait besoin, fit Molly.
-Je suis d'accord, il a l'air moins perdu que l'autre soir, il sait qu'il y a une personne de sa famille qui l'aime et qui est encore là… répliqua Remus.

Ron et Hermione ne disaient rien mais leurs regards en disaient long. Harry était bien, et c'est ce qui comptait pour eux.
La famille Weasley fut rejointe par les trois professeurs. De leur côté Harry et Pétunia semblaient être seuls au monde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elanor Escoriall
Cristal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 59
Age : 36
Localisation : Toujours près de ce que j'aime
Date d'inscription : 08/04/2007

Informations de l'école
Points: 10
Gallions: 310
Animagus:

MessageSujet: Re: Harry Potter et les Sceaux de Salem   Jeu 7 Juin - 12:44

Chapitre 8 : Confidences et soulagements.

-Ca t’as plu ma Tante ?
-Oui Harry… Ton monde est merveilleux et cet endroit est magnifique...

Pétunia regarda Harry avec un sourire et soudainement elle se leva. Elle alla cherchée les différents paquets sous le regard surpris de son neveu. Pétunia revint chargée et les posa au côté de Harry et se rassit.
Ma Tante qu’est ce que…

-Pour toi… répondit-elle simplement
-Mais pourquoi ? Harry était étonné
-Ca me fait plaisir et j en avais envie… J’ai 15 ans de plaisirs à rattraper… Avec toi…

Harry était confus… Il ne savait pas quoi répondre.

-Ouvre les ! fit doucement Pétunia

Harry se leva et saisit le premier paquet. Il l’ouvrit et poussa une exclamation :

-Un Vif d’Or de collection… Ouah…
-Tes amis m ont beaucoup aidé…

Harry continua à ouvrir ses paquets et ne put s’empêcher de sourire en découvrant le livre de l’Histoire de Poudlard !

-Celui-là devrait te plaire…

En effet le dernier paquet qui contenait l’étui n’était pas encore ouvert. Il ôta l’emballage et ne put cacher sa surprise…

-Tes amis m’ont aussi dit que tu possédais un magnifique balai… Avec cet étui tu pourras le ranger sans craindre de l’abîmer…

Harry sentit les larmes lui monter aux yeux.

-D’autant que tu as l’air d’y tenir à ce que j’ai compris…
-Oui c’est un cadeau de Sirius mon parrain.

Harry baissa la tête au souvenir de ce dernier, il se mit à parler doucement de cet être qu’il aimait tant :

-Il est mort… Il y a peine 8 jours… C’est atroce car c’est de ma faute… Si j’avais suivi correctement ces cours d’occlumancie, si j’avais fermé mon esprit, si je n avais pas cette habitude d’aller où je ne devrais pas être, si… C’était un homme formidable… ça faisait a peine deux ans qu’on se connaissait… Je perds toutes les personnes que j’aime ou que j’apprécie… Mes parents, Cédric, Sirius…

Les larmes libératrices étaient enfin là… Harry pleurait sans retenu. Pétunia se rapprocha de lui et le serra dans ses bras. Dans ce geste elle voulut lui dire combien elle était désolée et qu elle était là…

-Vas-y Harry je suis là… Raconte-moi…

La tête sur l’épaule de sa tante, le jeune sorcier parla de tout… Voldemort, ces différents combats contre lui durant ces cinq premières années de collège et de Sirius. Pétunia lui caressait les cheveux doucement. Harry termina. Ils restèrent ainsi sans rien dire. Pétunia prit la tête de Harry dans ses mains et déposa un baiser sur son front.

-Je suis là moi…

Harry sourit, il était un peu plus serein. D’avoir parlé à sa tante l’avait soulagé.

-Je t’aime Harry…

A ces mots, il se jeta dans les bras de sa Tante. Ils restèrent ainsi durant dix bonnes minutes sans rien dire…
Tom avait apporté leur déjeuner, Pétunia se détacha de son neveu et déclara en essuyant les larmes du jeune sorcier.

-Ca va refroidir…

Ils commencèrent à manger tout en parlant de tout et de rien…

A la table des Weasley, l’ambiance était bon enfant. Ron et Hermione parlaient ou plutôt roucoulaient ! Arthur était en pleine conversation avec Remus, le seul qui paraissait ne pas participé à la bonne humeur était Dumbledore… Il regardait Harry et Pétunia. Minerva McGonagall lui posa une main sur le bras.

-Albus… Ne vous inquiétez pas… Harry sait…
-Je ne peux m en empêché Minerva… Je me sens vieux et faible… Son regard est si dur…

Elle posa son regard sur Dumbledore.

-Tout va s’arranger vous verrez….
Rogue aussi semblait inquiet. Soudain, il se leva et se dirigea vers la table de Harry. Ce dernier ne le vit pas venir, il parlait toujours avec Pétunia.

-Excusez-moi…

Harry sursauta en entendant la voix de son professeur.
Pétunia leva les yeux.

-Bonjour… Désolé de vous déranger mais j’aurai besoin de vous dire deux mots Mr Potter…

Harry manqua de s’étouffer à la demande de son professeur.

-Euh… Oui… Ma tante je te présente le Professeur Rogue, mon professeur de potions au collège.

Pétunia salua Rogue de la tête. Harry se leva et ils se dirigèrent vers une autre table. Harry semblait sceptique que le professeur Rogue veuille lui parler, il se sentait gêné mais aussi haineux envers ce professeur qui n avait jamais aimé Sirius…
Ce fut Rogue qui prit la parole, il parla d’une voix qui sonna bizarrement à Harry :

-Mr Potter, je sais que ce que je fais vous étonne, moi aussi d’ailleurs… Mais je suis inquiet et vous seul pouvez changer ça. Ne croyez pas que ça me fasse plaisir d’être là à vous parler mais, au vu de la situation…

La voix de Rogue était devenue douce et calme, il regarda Harry dont le visage s’était durci.

-Je sais Harry…
Ce dernier sursauta en entendant son professeur de potions, celui qu’il aimait le moins, après Malefoy, lui parler sur ce ton et surtout l’appeler par son prénom…

-Je sais, reprit Rogue, que les choses sont difficiles pour toi. Ce que tu vis personne ne peux le comprendre, même pas moi… Mais Harry ne lui en veut pas…

Harry était perplexe… Son prof semblait perdu devant lui.

-En vouloir à qui ?
-Harry, le Professeur Dumbledore…

A l évocation de ce nom, la colère de Harry refit surface. Il frémit en serrant les poings.

-Il m’a menti…
-Non, Harry si tu penses ça c’est que tu n’as rien compris… Tu as 15 ans et je conçois que ce que tu as découvert et vécu est dur mais tu dois comprendre que ce qu’Albus a fait, c’est par amour… Tu n’as pas idée de ce qu’il traverse… Réfléchis à ce que te dis ton cœur et tu verras…

Harry avait à présent une boule au fond de la gorge. Il ferma les yeux et se rappela cette conversation dans le bureau directorial. Il se souvint de ces paroles :

« Je te ménageais trop… Je me souciais davantage de ton bonheur que de t’apprendre la vérité, davantage de ta tranquillité d’esprit que de mon plan, davantage de ta vie que des autres vies qui seraient peut être perdues… Nous les imbéciles qui éprouvons des sentiments d’amour… » (Tome 5 : Harry Potter et L Ordre Du Phénix, chapitre 37 : La Prophétie Perdue page 941.)

Harry se tourna vers son directeur et le regarda. Effectivement il semblait plus vieux, il ne souriait pas malgré la bonne humeur qui régnait à la table des Weasley.
Et comme un peu plus tôt le matin, la colère de Harry s estompa, comme si on lui disait de se calmer et de réfléchir…
Harry porta de nouveau son regard sur Rogue et ce dernier esquissa un vague sourire.

-Ne vous imaginez pas pour autant Potter que je vous aime bien ! Cette conversation n’a jamais eu lieu… Mais juste au cas où : vous pouvez compter sur moi…

Rogue s’éloigna laissant Harry dans ses pensées. Décidément même Rogue lui paraissait sympathique aujourd’hui… Il fit soudain le rapprochement : Rogue lui avait parlé et même donné un conseil !

-C’est une journée de fou… murmura t il en rejoignant sa tante.

Cette dernière dégustait une tasse de thé en guise de dessert. Elle regarda Harry qui paraissait sceptique.

-Un problème Harry ?
-Non, enfin je crois… Il tourna la tête vers Rogue et crut apercevoir un vague sourire…
-Euh ma tante… Faut que j’aille voir mon directeur… Tu m’attends ici ?

Pétunia acquiesça. Le repas était aussi finit a la table des Weasley. Harry s approcha du professeur Dumbledore et posa une main. Sur son épaule. A ce contact, le directeur se redressa et ce qu’il vit dans le regard de Harry lui transperça le cœur. Le silence se fit chacun conscient qu’une chose importante ce passait.
Harry se mit à la hauteur du directeur qui était resté assis. Il prit simplement ce dernier dans ces bras et murmura :

-Ce que vous avez fait c’est pour moi…Pour mon bien… Aujourd’hui je le comprends. Je vous pardonne mais ai-je à vous pardonner de m’avoir témoigné d’un sentiment dont peu de gens m’ont témoigné ? Si j’avais eu un grand-père… Je l’aurai voulu comme vous…

Dumbledore serra a son tour Harry. Une larme coula sur la joue du vieux directeur.

-Harry merci… ce fut les seuls mots qu’il prononça.
-Je vais avoir besoin de vous mais avant une promesse : plus de mensonges… Que la vérité…

Dumbledore regarda Harry et répondit :

-Plus de mensonges …
McGonagall et Rogue sourirent, un changement s’était produit sur Rogue… Mais seul Harry l’avait remarqué…
Notre jeune couple, Ron et Hermione eux, regardaient la scène avec surprise.

-Je crois que Harry aura beaucoup de choses à nous dire… fit Hermione à l’oreille de Ron. Là je suis perdue !

Ron secoua la tête. De son côté Pétunia regardait la scène de sa place. Se fut Molly qui s’approcha d’elle.

-Vous voulez savoir ? demanda t-elle doucement

Pétunia regarda Molly et acquiesça.

-Oui, expliquez-moi ce que je comprends pas…

Elles se mirent toutes les deux a parlées. Molly expliqua mais elle ne parla pas de la prophétie. Oui, les membres de l’Ordre la connaissait depuis le départ de Harry de Poudlard.
A la fin, Pétunia ne dit rien… Des larmes coulaient sur ces joues.

-Plus jamais il ne sera seul à présent…

Molly sourit. Toutes les deux se levèrent. Pétunia serra la main de Molly en lui disant :

-Merci d’avoir été là pour lui.
-Je serai toujours là pour lui. C est comme mon fils. Je l’aime…

Elles se dirigèrent vers Harry qui parlait encore avec Dumbledore. Pétunia le prit dans ses bras sans rien dire à part ces mots :

-Je serai toujours là… Je t’aime Harry.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elanor Escoriall
Cristal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 59
Age : 36
Localisation : Toujours près de ce que j'aime
Date d'inscription : 08/04/2007

Informations de l'école
Points: 10
Gallions: 310
Animagus:

MessageSujet: Re: Harry Potter et les Sceaux de Salem   Jeu 7 Juin - 12:47

Chapitre 9 : Retour à la Maison

Après ce déjeuné riche en émotion, l après midi passa rapidement. La suite de la visite continua dans la bonne humeur générale. Mais 16h30 arriva. Harry et Pétunia devaient repartir. Ils se retrouvèrent tous au Chaudron Baveur. Là étaient encore Dumbledore et quelques membres de L Ordre.
Harry prit à part Ron et Hermione.

-Je sais que je ne vous aie pas beaucoup parlé et je m’excuse… Vous avez du le remarquer, j’ai plein de choses à vous dire. Je viens dans peu de temps vous rejoindre. A ce moment-là, je vous expliquerai tout… Merci d’avoir été là…

Pour tout commentaire Hermione serra Harry dans ses bras, Ron fit de même.

-On sait que tu vas bien, c’est tout ce qui compte Harry, fit doucement Hermione.
-Ouais, mais n’oublies pas qu’on est là…
-J’oublie pas Ron.

Harry se dirigea vers le groupe ou sa tante était, il salua tous le monde puis vint le tour de Remus.

-Tu as l’air d’aller mieux Harry. Tant mieux, je suis rassuré. Prends soins de toi, on viendra vite.

Harry acquiesça . Il salua aussi Dumbledore avec un sourire franc et un signe de la main. Pétunia elle remercia tout le monde et étreignit Molly.

-Merci encore…
-De rien ce n est rien…

Puis elle prit de la Poudre de Cheminette et disparut. Harry prit ses paquets et après un signe a ses amis il disparut à son tour.
Il arriva dans la cheminée des Dursley. Des éclats de voix le firent sursautés. Son oncle et son coussin étaient visiblement rentrés.

-Mais tu étais où Pétunia ? J’étais fou d’inquiétude ! Je suis rentré plutôt pensant te trouver seule et l’autre imbécile dans sa chambre mais rien ! Et maintenant tu apparais dans la cheminée ! Tu as cinq minutes pour t’expliquer !
-Vernon ! Ecoute-moi bien ! Je n’ai pas à me justifier ni devant toi ni devant personne ! Je fais ce que ma conscience me dit de faire…

Harry posa ses affaires et se dirigea vers la cuisine d’où venait les éclats de voix. Dudley était devant la porte, il regardait ses parents se disputer. Il s écarta quand Harry arriva. Vernon le vit et fit :

-Toi ! Oh toi ! Tu l’as ensorcelée ! Vermine ! Tu…
-Suffit Vernon ! hurla Pétunia.

Vernon s immobilisa, Dudley oublia de refermer sa bouche et Harry regarda sa tante avec stupéfaction…

-Pendant quinze ans tu m’as forcée à me conduire comme jamais je n’aurai dû. A présent, si tu ne témoignes pas plus de respect envers mon neveu Harry ici présent, je te quitte ! Tu m’as comprise ? Si tu ne le traite pas mieux, je m’en vais…

Dudley referma sa bouche et fixa sa mère avec terreur. Vernon lui avait pâlit.

-Tu ne… Tu ne penses pas ce que tu dis… Ma Pétunia…
-Si Vernon ! J’aurai dû faire ce que j ai fais aujourd’hui beaucoup plus tôt !...

Elle se dirigea vers Harry et le prit par les épaules.

-… Harry fait partie de la famille. De ma famille ! Aujourd’hui je ne laisserai plus personne lui faire du mal dans la limite de ce que je peux faire. Et si ça te pose un problème… Je connais des gens qui serraient ravis de nous accueillir et je te laisse avec ton fils. Je t’aime Vernon… Mais j’aime aussi Harry au même titre que j’aime Dudley…

Vernon ne prononça pas un mot. Il regarda successivement Harry puis sa femme. Respirant un bon coup il tendit une main à Harry.

-Je veux bien faire un effort mon garçon… Mais sa voix sonnait faux.

Harry s en fichait, il serra la main de son oncle et demanda à sa tante :

-Ma Tante, je peux monter ? Je suis fatigué… La journée a été… Bien remplie…

Pétunia le regarda, l’embrassa et lui dit :

-Oui vas-y je te monterai un plateau repas.

Harry laissa sa tante, son oncle et son cousin, il reprit ses affaires et se précipita dans sa chambre. Il ferma la porte et posa ses cadeaux sur son lit où il s’assit. Il se sentait bizarre, toute la journée il aurait dû ressentir de la colère, ressentir des sentiments violents mais à chaque fois quelque chose ou quelqu’un l’avait apaisé comme si on l’exhortait à se calmer, à réfléchir…

-Mais qu est ce qui m’arrive ?

Harry ferma les yeux… Un coup de vent fit ouvrir sa fenêtre. Il rouvrit les yeux et trouva une personne en face de lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elanor Escoriall
Cristal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 59
Age : 36
Localisation : Toujours près de ce que j'aime
Date d'inscription : 08/04/2007

Informations de l'école
Points: 10
Gallions: 310
Animagus:

MessageSujet: Re: Harry Potter et les Sceaux de Salem   Jeu 7 Juin - 12:47

Chapitre 10 : Une étrange visite.

Un halo de lumière bleu entourait la personne. Grand et élancé, il regardait Harry qui était encore assit sur son lit les yeux grands ouverts.

-Non, ce disait il… C’est impossible…
-Je m excuse de paraître ainsi sans te prévenir mais tous c est décidé très vite…

Figé Harry fixait l’homme devant lui.

-Harry ? questionna t-il. Il s’approcha doucement de lui. Harry, tu m’entends ?

Devant cette apparition, le cœur de Harry se mit à cogner fort. Il ferma les yeux pensant qu’il rêvait…

-Ce n’est pas un rêve… J’ai pu me matérialiser en fantôme pour quelques heures…

Harry rouvrit les yeux. Il était toujours là…

-Sirius… fit Harry enfin capable de parler.
-Oui c est moi… C est bien moi…

Harry fit un geste mais se ravisa. Fantôme… Il ne pouvait donc pas le touché. Des larmes se mirent à coulés malgré lui.

-Non, Harry… Je t en prit pas de larmes… Je sais que c est dur mais je suis là pour te parler et te transmettre un message… Harry…
-Sirius si tu savais… Je suis désolé… Si tu es mort c’est de…
-Ce n est pas de ta faute Harry. Tu ne pouvais pas savoir. Je refuse que tu te sentes coupable… J ai fait ce que je devais faire… Mon seul regret c est de ne pas t avoir dis combien je t aime et combien je suis fier de toi…
-Mais Sirius… Harry essuya ses yeux rapidement
-Non, Harry… Regarde moi…

Harry leva les yeux et regarda son parrain.

Tu as fais ce que tu devais faire. Et moi aussi. C est la vie, c est le destin… Je ne regrette rien. Harry… J ai un message pour toi… De tes parents… Rappel toi toujours de ce que je vais te dire : tu as une chose en toi qui t aidera face à tes ennemis. Ce que tu ressens, ce que tu vis te ramène toujours à cette chose… Ce lien… Ta force se sont tes sentiments. Harry quoi qu il arrive ne laisse jamais la haine envahir ton cœur…

Sirius fixa Harry dont les larmes avaient cessées de coulées.

-Mes sentiments… reprit Harry, ils m ont toujours fait perdre les gens que j aimais où alors ils m ont conduits à faire des choses stupides et…
-Non Harry. Tes sentiments sont ta force ne l’oublies jamais…

Harry regarda Sirius, esquissa un sourire. Le regard du jeune homme se perdit sur la photo de ses parents. Il la prit dans ses mains. Sirius le rejoignit sur son lit.

-Tu les as vu ?
-Oui… Ils sont fiers de toi tu sais… Ils n’ont jamais cessé de t’aimer.
-Sirius j’ai…
-Tu… ?
-Comment tu as fait pour être ici ?
-J’ai eu une sorte de sursis… Pour venir te voir, te parler…
-Alors tu sais ce qui s est passé aujourd’hui ?
-Ta tante est une femme courageuse. Elle a tout simplement compris certaines choses.

Harry hocha la tête et reprit :

-Je n’ai ressenti aucune colère… Comme si… Comme si…
-Comme si quelque un te disais de te calmer… Une sorte d’apaisement quand ta colère se faisait forte.
-Oui mais…
-Le fait que tu ressentes une telle chose signifie beaucoup. Tu as mûri et grandi… Parles-en… Mais à cette question ton cœur a déjà la réponse non ?
-Je pense savoir mais je ne suis pas sûr… Tant de choses se sont passés en une semaine…
-Et tant de choses se passeront encore. Harry tu dois faire le point, et tu dois surtout faire confiance aux autres… N’ai pas peur, ne laisse pas la haine t envahir et t aveuglé…
-Et… Et pour la prophétie ?
-La prophétie, fit Sirius en se relevant, toi seul peut trouvé la solution… Mais tu n’es pas seul là non plus… Aie confiance en toi… Et aussi aie confiance dans les autres…

Harry s allongea sur son lit et regarda Sirius.

-Je t’aime Sirius… Et eux aussi… Dis-le leur…

La fatigue gagnait Harry, ses yeux se fermaient malgré lui… Il luttait, il ne voulait pas s endormir.
Sirius s agenouilla à ses côtés.

-Ne lutte pas… Vois au fond de toi et tes questions auront des réponses… Moi aussi je t’aime… Ne laisse pas la haine t’envahir mon grand…

Harry ferma les yeux et s’endormit. Sirius jeta un dernier regard à son filleul et disparut.
On frappa à la porte de la chambre. Pétunia ouvrit doucement la porte et entra. Elle portait un plateau qu elle déposa sur le bureau. S’approchant du lit, elle vit que son neveu s était endormit complètement habillé. Elle lui enleva ses chaussures et lui mit les couvertures. Pétunia remarqua alors qu il s était endormit avec la photo de ses parents à la main. Elle s assit sur le rebords du lit et caressa les cheveux de Harry.

-Je ne laisserai personne te faire plus de mal. Dors…

Elle remonta les couvertures et l embrassa sur le front. Doucement elle sortit de la chambre.
Cette scène avait eu trois témoins… Au fond de la chambre dans un halo de lumière bleu ce tenait là Sirius, James et Lily.
Harry bougea dans son sommeil, un sourire se dessina sur ces lèvres.


Bonne lecture!^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Harry Potter et les Sceaux de Salem   

Revenir en haut Aller en bas
 
Harry Potter et les Sceaux de Salem
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Harry Potter [Gryffondor, 5ème année]
» Harry Potter ( l'Elu )
» [Présentation] Chargée de communauté LEGO Harry Potter [Validée]
» Mes créas Harry Potter
» Murder Party Harry Potter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institut international magique de BeauxBatons :: Le château :: Bibliothèque :: Action/Aventure-
Sauter vers: